Désherbants naturels : Quelle méthode choisir ?

Le retour des beaux jours est un grand moment pour tous les propriétaires de jardins ou de terrasses. Laissé en jachère durant l’hiver, la nature a repris ses droits sur votre sol et entre deux giboulées de mars, les mauvaises herbes se sont installées au milieu des premières primevères et perce-neiges. Après constat il n’y a plus de doute : c’est l’heure du grand nettoyage de printemps !

Votre premier réflexe : dégainer vos outils de jardinage et le désherbant qui gît dans votre placard depuis belle lurette. Mais en prenant la bouteille à moitié vide, un doute vous envahit : est-ce que ce désherbant est sans danger ? Est-ce que sa composition est saine, pour vous, votre santé, celles de vos enfants qui jouent dans le jardin, de vos animaux qui se promènent ? Et pour l’environnement ? Vous regardez les ingrédients du désherbant. Il est peut-être d’origine naturelle, végétale ou alors il s’agit du bon vieil herbicide acheté il y a des années en magasin de bricolage, bien avant de savoir tout ce que cela pouvait engendrer.

La complexité de la composition du produit ne vous aide probablement pas à en savoir plus et vous restez dubitatif quant à la dangerosité de l’herbicide. Vous regardez vos alternatives sur internet et tombez sur une multitude de recettes de désherbants naturels. Laquelle choisir ?

Les recettes naturelles, vraiment efficaces ?

Avant de vous lancer dans la fabrication maison d’un herbicide inoffensif, mais inefficace, il est intéressant de regarder ce dont vous avez vraiment besoin. Où se situent les mauvaises herbes que vous souhaitez arracher ? Sur les murs ou les pavés de votre cours ou bien dans le gazon ou le potager ?

Selon la région où vous vivez, les plantes sauvages ne sont pas toutes les mêmes et elles ne craignent pas toutes les mêmes produits, qu’ils soient naturels ou non. Se débarrasser des mousses, des pissenlits, du lierre ou des bambous ne demande pas forcément le même produit ni le même procédé.

Voici quelques conseils qui vous aideront à y voir plus clair sur les solutions de désherbage qui fonctionnent selon le type de plantes et l’endroit où vous voulez désherber.

Small girl with parents gardening on farm, growing organic vegetables.

Les méthodes de désherbage naturelles

Le désherbage manuel

Désherber à la main, c’est fatiguant. Cependant, c’est la méthode la plus écologique et la plus économique. C’est aussi la meilleure option si des herbes sauvages ont envahi vos pots, vos jardinières ou votre potager en bois. Le mieux est de se munir d’outils spéciaux comme un couteau désherbeur ou une gouge à asperges pour retirer la racine complètement.

Dans le cas d’un petit potager en pleine terre, c’est également l’idéal. Les produits chimiques abîment les sols en plus de les polluer. Si vous êtes destinés à manger ce qui va sortir de cette terre, autant en mettre le moins possible. On veillera à utiliser une binette, de préférence le matin d’une belle journée, pour retourner et aérer la terre tout en laissant sécher au soleil les mauvaises herbes déracinées.

Le désherbage par solarisation

Chez les jardiniers particuliers, le désherbage par solarisation signifie “priver une parcelle de terre de lumière”. On pose une bâche noire et épaisse sur le terrain à désherber et on la laisse ainsi pendant 2 mois. L’absence de lumière et l’augmentation de la température sous la bâche éliminera toutes les herbes. Idéal pour les grandes surfaces.

Le paillage

Le paillage est une méthode dérivée du désherbage par solarisation. Quand votre terrain est débarrassé des herbes sauvages (plantes et racines), paillez généreusement pour éviter qu’elles ne repoussent.

La méthode du faux-semis

Méthode ancestrale de désherbage, la technique du faux-semis est une ruse. Une fois votre parcelle désherbée manuellement et la terre aérée, des graines d’herbes indésirables subsistent. Lorsque la terre se retrouve mise à nu, ce sont les premières à lever. Au lieu de désherber puis de planter dans la foulée, préparez la terre comme si vous alliez semer, mais ne semez rien ! Les dernières mauvaises herbes pointeront le bout de leur nez rapidement et vous pourrez vous en débarrasser pour faire vos plantations.

Les engrais verts

Il s’agit d’utiliser ce qu’on appelle “les mauvaises herbes” pour nourrir intelligemment la terre à cultiver et empêcher les autres herbes folles de pousser. C’est une méthode écologique très employée en agriculture biologique.

Deux types de plantes s’emploient comme engrais verts.

  • Celles qui disposent de racines profondes. Elles cherchent en profondeur les minéraux qu’elles accumulent et libèrent en se décomposant. Elles sont parfaites pour nourrir la terre en surface et luttent contre la pollution par les nitrates. On retrouve la moutarde, le seigle, la phacélie ou encore le sarrasin.
  • Celles qui sont issues de la famille des Fabacées comme la luzerne, les fèves, le lupin, le trèfle, la vesce ou le pois. Ce sont les seules plantes capables de capter l’azote atmosphérique et de le restituer dans le sol. Elles sont donc de merveilleux engrais naturels.

Les désherbants naturels

Les recettes de désherbants faits maison

Il y en a des tonnes sur internet ! On vous partage trois recettes qui fonctionnent à coup sûr.

  • L’eau de cuisson des pommes de terre : Efficace sur la mousse. Néanmoins, n’utilisez pas cette méthode si vous avez des plantes ornementales à côté, au risque de les voir périr également.
  • 100 g de gros sel dans 1 à 3 litres de vinaigre blanc : Idéal pour retirer les mauvaises herbes sur les murs et les pavés.
  • Le purin d’ortie : il a fait ses preuves depuis longtemps en tant que désherbant naturel et insecticide redoutable.

Le désherbant sélectif

Les désherbants sélectifs sont spécialement conçus pour désherber le gazon. Ils éliminent toutes les plantes qui n’appartiennent pas à la famille des graminées : pissenlit, trèfle, plantain, lamier, etc. Avant de songer à les éliminer, sachez que ces plantes sont des bioindicateurs. Ainsi :

  • Le bouton d’or indique un sol trop humide et mal drainé.
  • L’apparition de plantain a lieu lorsque la terre est très tassée et qu’elle a besoin d’un carottage.
  • Quand il y a trop de mousse, c’est qu’il faudrait scarifier votre pelouse.
  • Les pissenlits, eux, se développent quand la terre est trop riche en matière organique et nitrites.

Veillez à utiliser des produits naturels, sans glyphosate ni nitrate.

Le désherbant polyvalent

C’est un produit à base d’acide acétique. Il agit très vite, mais ne fait aucune différence entre une mauvaise herbe et une plante ornementale. Là aussi, choisissez de préférence un herbicide polyvalent composé de principes actifs d’origine végétale, sans glyphosate et sans nitrate.

Cet article a été rédigé par Julie Arnoux.