Pourquoi et comment confectionner soi-même les couches pour bébé ?

Vous attendez un heureux évènement dans les semaines à venir ? Félicitations ! Avec l’arrivée d’un bébé, se posent de nombreuses questions et, notamment, de plus en plus souvent : « vais-je opter pour les couches jetables ou lavables ? »
Si on ne regarde que l’aspect pratique, soyons francs, on opte tout de suite pour les couches jetables ! La question paraît même totalement saugrenue aux générations passées qui ont accueilli cette révolution avec un réel soulagement et se demandent parfois comment on peut la remettre en cause !
Et pourtant la question vaut la peine d’être posée pour plusieurs raisons :

Les couches jetables : source importante de pollution

Le saviez-vous ? Dans un foyer comportant un enfant entre 0 et 2 ans, les couches représentent 40% des déchets ménagers ! La majorité de ces couches sont incinérées, ne pouvant être recyclées. Pour celles qui restent dans une décharge ou dans la nature, elles mettront entre 400 et 500 ans pour se décomposer*.

Pris sous cet angle, opter pour les couches lavables participe activement à la réduction des déchets et à la protection de l’environnement.

A noter que la production de couches jetables nécessite l’équivalent d’une tasse de pétrole pour leur fabrication. Il est évident que des couches en tissu lavable, même si l’industrie textile est polluante, pollueront moins de par leur réutilisation sur le long terme. De plus, le voile de protection jetable utilisé dans les couches lavables est biodégradable.

Cependant en terme de consommation d’énergie, le bilan reste mitigé. Les couches lavables consomment beaucoup d’eau, d’électricité et de produits utilisés pour leur lavage régulier.

Le respect de la peau de bébé

La composition des couches jetables est rarement détaillée sur leur paquet, et L’ANSES (l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail) met en garde contre la présence de substances potentiellement dangereuses pour la santé des bébés. A noter que l’alerte a été donnée et entendue par les industriels. Ces derniers tendent de plus en plus à produire des couches sans substances nuisibles et certaines marques de couches éco-responsables ont fait leur apparition sur le marché.

En cousant vos propres couches lavables, vous allez pouvoir utiliser des tissus certifiés GOTS (Global Organic textile standard) qui garantissent des textiles respectueux de l’environnement et du droit social, et des tissus aux normes Oeko-Tex qui garantissent le respect de la peau, de la santé et de l’environnement.

Le petit bémol des couches lavables, c’est qu’elles conservent souvent plus d’humidité sur la peau de bébé. Mais vous pouvez facilement remédier à cela en fabriquant un baume contre l’érythème fessier.
Vous pouvez aussi fabriquer un liniment maison à base d’eau de chaux et d’huile d’olive :

  • Faites chauffer l’eau de chaux au bain marie, en remuant.
  • Ajoutez la même quantité d’huile d’olive en continuant de remuer avec un fouet.
  • Lorsque la préparation est homogène et ressemble à une pâte relativement épaisse, enlevez du feu.
  • Mettez votre liniment en flacon.

En le conservant à l’abri de la lumière, vous pouvez le garder 2 à 4 mois. Appliquez-le sur les fesses de votre bébé avec un coton ou une lingette lavable.

Indiscutablement, les couches lavables restent le meilleur choix pour connaître les matières que vous utilisez et privilégier le bio.

Couches lavables : un choix économique indiscutable !

Pas besoin d’être fort en math pour comprendre qu’utiliser des couches lavables est nettement plus économique que les couches jetables. Un enfant consomme en moyenne 6500 couches*. Au niveau du porte-monnaie cela peut avoir un réel impact, même s’il faut prendre en compte votre consommation d’électricité et d’eau qui augmentera avec le lavage des couches.

Couches lavables : OK mais qui, que, quoi, comment ?

L’un ou l’ensemble des arguments ci-dessus vous ont convaincus et c’est décidé, vous vous lancez dans l’aventure des couches lavables !

Le terme aventure n’est pas choisie de façon anodine, car il faut quand même bien le dire, cela va vous demander un peu d’organisation, au moins au début. Voici les principales questions à vous poser :

1° Pour quel type de couches lavables opter ?

Il existe différents types de couches lavables, à vous de voir ce qui sera le mieux pour bébé et le plus pratique pour vous, parents :

  • Le simple lange, qui s’attache à l’avant. C’est le plus naturel pour bébé et il peut convenir pour les nourrissons.
  • La couche lavable avec des élastiques au niveau de la taille et des cuisses afin de s’adapter parfaitement à la morphologie de bébé et d’éviter les fuites.
  • La couche lavable peu épaisse avec une doublure en coton ou en chanvre. Elle est pratique car elle est facile à mettre mais elle s’use vite.
  • La couche « double » ou « deux-en-un ». Elle se compose d’une culotte en tissu imperméable et d’une couche absorbante qu’on glisse à l’intérieur. L’avantage c’est que vous pouvez laver les deux indépendamment et donc utiliser la culotte imperméable plusieurs fois avant de la laver.
  • La couche « modulable » ou « trois-en-un ». Elle se compose toujours d’une culotte imperméable, dans laquelle on ajoute une forme de nacelle elle aussi imperméable, à l’intérieur de laquelle on va venir glisser une couche absorbante. Cette dernière peut être lavable ou jetable (et biodégradable). Elle permet donc de réduire à la fois les déchets et les éléments à laver.

En fonction du partage des tâches, ce choix va impliquer les deux parents, prenez donc la décision du type de couches que vous allez utiliser à deux !

2° Peut-on coudre ses propres couches lavables ?

Bien-sûr ! Quelle que soit le type de couche lavable que vous avez choisi, vous trouverez des patrons gratuits à télécharger sur internet. N’hésitez pas à les adapter à la morphologie de votre bébé. Certains modèles sont même pensés pour être évolutifs avec la croissance de bébé.
Mon conseil : n’en réalisez pas 20 du premier coup ! Testez un modèle, validez-le sur votre enfant (quitte à utiliser quelques couches jetables le temps de l’adaptation du patron), et lancez-vous dans la production à petite échelle une fois que vous êtes sûr de votre patron.

3° Quels tissus utiliser pour coudre les couches lavables ?

Nous l’avons dit plus haut, privilégiez des tissus certifiés GOTS ou Oeko-tex qui assurent des textiles respectueux de l’environnement, bio et non allergènes.


En fonction du type de couche choisie, voici les tissus que vous utiliserez :

Pour le simple lange, il vous faut de la double gaze en coton.

Concernant toutes les autres couches, la culotte imperméable est composée de tissu PUL imperméable doublé de tissu en micro-éponge pour le confort de bébé.
Pour les attaches de ces couches, vous pouvez optez pour des bandes velcro ou des boutons pressions. Et si vous voulez une couche ajustable, il vous faudra de l’élastique plat.

La couche absorbante glissée à l’intérieur de la culotte imperméable peut soit être jetable, biodégradable et achetée dans le commerce, soit lavable et réalisée dans un coton éponge doux, doublé et absorbant. Vous pouvez aussi utiliser du chanvre, du bambou (), du Tencell ou du Lyocell.

4° Ces couches peuvent-elle être jolies ?

Oui, à l’instar des couches industrielles qui se parent de jolis motifs enfantins, vous pouvez aussi customiser vos couches lavables. Dans la limite du raisonnable, car il faut privilégier le confort de bébé !

Réalisez ainsi de jolis bloomers dans de la popeline de coton GOTS. Ils cacheront aisément le tissu imperméable Pul de simple couleur unie.

Vous pouvez aussi réaliser une partie de la couche imperméable en micropolaire avec des pressions de couleur pour un rendu tout doux et ludique.

En conclusion, confectionner des couches lavables pour son bébé est un geste à la fois économique et écologique.
Comme tout geste écologique, il demande de changer nos habitudes de consommation et notre mode de vie… vous n’êtes pas obligé(e) de tout changer radicalement d’un coup.
Peut-être alternerez-vous couches lavables et couches jetables en fonction de votre rythme de vie et de l’âge de bébé, ce sera déjà un bon début. Ce geste participe aussi à sensibiliser l’ensemble des acteurs de la puériculture qui cherchent des alternatives idéales aux couches jetables actuelles.

*source : planetoscope.com

Cet article a été rédigé par Bleu de Sienne.