Qu’est-ce que le quilling ?

Le quilling, vous connaissez ? Cette technique créative met le papier à l’honneur et permet de réaliser des décors élaborés pour sublimer cartes, cadres, boîtes ou encore bijoux.

Simple à appréhender, relaxant et nécessitant peu de matériel, le quilling art est vraiment accessible à tous ! Voici notre décryptage et nos conseils pour vous lancer dans la réalisation de sublimes créations en papier.

Définition et histoire

Le quilling, aussi appelé paperolles, papier roulé, ou encore paper quilling, consiste à associer de fines bandes de papier enroulées sur elles-mêmes pour créer un dessin tout en relief et en texture. Le mot “quilling” vient de l’anglais “quil pen” et signifie plume d’oie. À l’origine, les bandes de papier étaient effectivement enroulées grâce à un outil fabriqué à partir de l’axe d’une plume.
Cette technique apparaît en Europe à la Renaissance et sert principalement à décorer des reliques religieuses. Il semblerait toutefois que ses origines soient bien plus anciennes et remontent au IIème siècle, période à laquelle elle se développe en Chine avec l’invention du papier.
Depuis quelques années, le quilling revient au goût du jour et se modernise. Elevé au rang de “paper art” outre-Atlantique, il débarque petit à petit chez nous pour notre plus grand plaisir. La technique a aujourd’hui évolué, les couleurs se font plus présentes et la plume a laissé sa place à des outils plus pratiques à manipuler.

Matériel

Le quilling est une technique créative peu onéreuse et nécessite peu de matériel. Du papier coloré (ou non), un cutter, un bâtonnet, un peu de colle, et le tour est joué !
Voici plus en détails les fournitures dont vous aurez besoin pour vous lancer :

  • De longues bandes de papier de 3 mm, 6 mm ou 9mm de large. Vous pouvez soit les découper vous-mêmes dans du papier de grammage de 80 à 150 g/m², soit les acheter prêtes à l’emploi. Plus votre décor sera grand et aéré, plus il convient d’utiliser un grammage élevé.
  • Un bâtonnet à quilling. À défaut, un cure-dent ou une épingle feront tout aussi bien l’affaire. Le bâtonnet à quilling est métallique et a l’avantage de présenter une fente qui permet de coincer l’extrémité de la bande de papier à enrouler.
  • De la colle de type vernis-colle, transparente au séchage pour ne laisser aucune trace.
  • Des ciseaux.
  • Un cutter de précision à la lame bien aiguisée.
  • Un tapis de découpe pour protéger votre plan de travail.
  • Une règle, de préférence en acier.
  • Eventuellement, une pince (type pince à épiler) pour manipuler les rouleaux de papier et les coller avec précision.

Techniques de base

Le choix de la palette de couleurs
La première étape consiste à choisir sa palette de couleur. Du papier uni est généralement utilisé, mais pourquoi ne pas faire des expérimentations avec du papier à motifs ? Pour une création harmonieuse, vous pouvez vous aider d’un cercle chromatique pour assortir vos couleurs : sur le cercle, les couleurs opposées sont complémentaires. Par exemple, le bleu et l’orange sont des couleurs qui vont bien ensemble, ou le fuchsia et le vert.

Le dessin de base

Réalisez une esquisse préalable au crayon pour vous guider, sur une feuille blanche de papier épais ou sur le support de votre choix. Cette étape n’est pas obligatoire, mais elle vous sera d’une grande aide lors de vos premières créations.

Le découpage des bandes

Si vous n’utilisez pas des bandes prêtes à l’emploi, il vous faudra dans un premier temps les découper dans les papiers que vous avez choisis. Pour cela, faites des repères au crayon tous les 3 mm, 6 mm ou 9 mm de part et d’autre de la feuille de papier. Reliez ces points au crayon en vous aidant d’une règle. Placez-vous sur un tapis de découpe et positionnez la règle le long des lignes tracées précédemment. Découpez au cutter en utilisant la règle comme un guide.
Jouez sur la largeur des bandes et sur l’épaisseur du papier utilisé pour donner du volume à votre création. En utilisant des bandes de différentes longueurs, vous pouvez créer différents motifs : plus la bande sera longue, plus le motif sera grand.
Découpez les bandes dont vous avez besoin d’après votre dessin, en prévoyant quelques bandes supplémentaires, au cas où.

La formation des rouleaux de papier

Coincez l’extrémité d’une bande de papier dans la fente du bâtonnet à quilling. Faites-le tourner sur lui-même : la bande de papier s’enroule tout autour. Si vous utilisez un cure-dent ou une aiguille, vous ne pourrez pas coincer l’extrémité de la bande de papier. Il vous suffira alors de la maintenir avec vos doigts au début et d’enrouler le papier autour.
En enroulant de manière plus ou moins serrée, vous créerez différents effets.

N’hésitez pas à faire varier ce paramètre dans votre création. Quand toute la bande de papier est enroulée, déposez un point de colle à l’extrémité de la bande et maintenez le temps qu’elle sèche.
La particularité du quilling, c’est l’infinité de motifs que l’on peut créer à partir d’un simple rouleau de papier. En pinçant le point de collage du rouleau, vous obtiendrez une forme de goutte. En pinçant deux points opposés, vous obtiendrez une feuille ou une navette, que vous pouvez éventuellement courber. En pinçant deux points opposés, puis deux autres, vous obtiendrez un carré. Des cœurs sont formés en pliant une bande papier en deux et en enroulant chaque extrémité vers le centre. Amusez-vous à expérimenter !

Le collage

Utilisez un cure-dent pour appliquer la colle en petite quantité et éviter les bavures. Vous pouvez coller les éléments entre eux, au niveau des points de contact, si vous souhaitez réaliser une création qui ne soit pas collée sur un support. Pour un cadre, vous pouvez les coller directement sur la feuille de papier qui vous sert de base. Laissez sécher, c’est prêt !

Quelques idées de réalisations pour se lancer

  • Une carte. Le quilling se prête particulièrement bien à la création de cartes en tous genres : carte de vœux, carte d’anniversaire, faire-part de naissance… L’avantage de ces créations, c’est qu’elles sont petites, donc idéales pour débuter.
  • Un tableau. Pour une chambre d’enfant, un décor en quilling coloré ou dans des tons pastel est toujours une bonne idée. Mise sous verre, votre création sera protégée et joliment mise en valeur. Les couronnes de fleurs, prénoms en lettering et montgolfières sont particulièrement appréciés.
  • Une boîte décorée. N’importe quelle boîte en carton toute simple sera sublimée par un décor en quilling sur son couvercle !
  • Des boucles d’oreilles. Et oui, le quilling peut aussi être utilisé dans la création de bijoux. Pour les rendre plus résistantes, il est possible de vernir vos réalisations.
  • Un accessoire pour cheveux. Dans la même idée, une simple barrette décorée devient un accessoire pour cheveux raffiné.

Cet article a été rédigé par Amandine, Les yeux en amande.