Rencontre avec Andréa, créatrice de contenus, directrice artistique, fondatrice de La Délicate Parenthèse

Andréa suit des études d’art à Paris et débute sa carrière auprès de nombreuses marques, en tant que designer commerciale et décoratrice-scénographe. Son métier lui plaît mais il lui manque un petit quelque chose, une respiration, un pas de côté :

« ainsi naît La Délicate Parenthèse. »

Sans pour autant abandonner ses autres missions – notamment la direction artistique de vidéos et de courts-métrages, la scénographie et décoration de vitrines pour des corners et boutiques – elle se compose avec un soin un espace d’expression où elle ne s’impose « (presque) aucune barrière ». Avec La Délicate Parenthèse, Andréa désire avant tout :

« mettre en avant les choses simples mais essentielles à (s)es yeux. »

A travers des inspirations créatives et des DIY, des photos poétiques qui invitent à la rêverie, son souhait est d’offrir, via son site et ses réseaux sociaux, à chacun(e) …

« des parenthèses, des rendez-vous avec eux même. »

Chez I MAKE, nous sommes ravis d’accueillir celle qui se qualifie elle-même comme un « couteau-suisse créatif » ou une « conteuse d’histoires en images », pour des tutos créatifs inédits.

Découvrez le blog d’Andréa :

1. Qu’aimez-vous créer vous-même ?

Les petits objets décoratifs du quotidien comme une décoration murale, un luminaire, un bougeoir…Tout élément qui apporte du charme et de la subtilité dans un intérieur et qui raconte une histoire, justement parce que nous l’avons fait nous-même.

2. Quelles sont vos dernières expérimentations créatives ?

Je me suis récemment essayée à la pose de feuille d’or, pour un projet créatif. Mais en ce moment, je créé un peu moins d’objets décoratifs dédiés à mon intérieur car j’aménage entièrement un vieux van pour voyager à son bord. Ainsi, mes dernières expérimentations créatives sont plutôt des apprentissages de tous les jours au travers de ce projet. Comme l’installation et la pose des panneaux solaires par exemple.

3. Une œuvre (picturale, littéraire, ciné, etc.) qui vous procure toujours de l’émotion ?

C’est très très difficile comme question, car je suis très sensible à l’Art en général, mais de manière très variée. De très nombreuses œuvres me procurent de l’émotion. Je peux être fascinée par une œuvre de Pierre Soulages autant que le fabuleux travail plus contemporain de JR, notamment le documentaire Visages Villages que je conseille grandement. Difficile pour moi de choisir, je dirai que le film de Woody Allen, « Minuit à Paris » évoque très distinctement cette complexité de l’artiste, de l’inspiration, et de l’émotion, en cela cette œuvre me parle très fortement.

4. Quelle initiative citoyenne, locale, associative… aimeriez-vous faire connaître ?

Je suis très impliquée dans la cause animale et environnementale, donc je dirais que les initiatives de Sea Shepherd me parlent beaucoup, ainsi que les opérations de communication et de responsabilisation de « Sur le front » menées par le journaliste Hugo Clément, qui sont très enrichissantes et ouvrent des portes de réflexion. Tout comme les documentaires « Rotten », proposés par Netflix. En termes d’initiatives qui peuvent être mises en place individuellement au quotidien, il y a #lesnomadesfontlemenage lancé par @voyagevoyagesinsta. Il incite chaque voyageur à ramasser les déchets qu’il croise au cours de ses périples. Finalement, chaque déchet croisé au cours de nos routes devient indirectement notre propre déchet. Moi qui ai pour projet de voyager en van, je me sens très impliquée dans ce type de démarches.

5. Quelle est votre matière de prédilection ?

Le bois sans hésiter. C’est LA matière que je travaille le plus, qui habille le plus mon intérieur et qui offre des possibilités créatives infinies. Et indirectement les feuilles de bois, du type balsa, et le papier évidemment.

6. Quel est votre outil de travail préféré ?

Le couteau de précision X-Acto ; je l’utilise tous les jours, pour des finitions. Mais évidemment je pense aussi à mon petit crayon de bois qui est indispensable pour dessiner l’intégralité de mes idées.

7. Avez-vous un rituel lorsque vous créez ?

Je m’inspire énormément de ce qui m’entoure et je me plonge sur Pinterest, chaque matin pour éveiller mon inspiration, et m’imprégner d’images créatives. Ensuite si un idée créative germe en moi depuis quelques temps, je fais quelques tentatives pour réaliser un « prototype » afin de me familiariser avec la technique. Après cela, si le résultat est concluant, je décortique les étapes de fabrication pour effectuer des prises de vues et ainsi accompagner ma communauté dans la fabrication et le processus créatif. Globalement, je dirais que ma routine créative est aussi instinctive qu’optimisée. Je me connecte énormément à mon instinct lorsque je crée ; tant dans la création en elle-même que dans la matière première utilisée.

8. Comment voyez-vous la suite ?

A bord de mon van nommé Ernest, à sillonner les routes de France, d’Europe et d’ailleurs, en quête de toujours plus de sens. J’aimerais continuer à créer du contenu toujours chargé d’émotions, et je l’espère de poésie, au travers de mes rencontres, de mes partenariats, afin de mettre en lumière ceux qui m’inspirent. D’autres projets sont en cours mais je laisse l’avenir participer encore davantage à l’élaboration de ces derniers. En tout cas, il me reste encore des tas de choses à approfondir, à découvrir, à partager, à perfectionner et à vivre, au travers de ce projet d’évasion en van. Vous pouvez suivre d’ailleurs ces folles aventures sur mon Instagram !

Suivez Andréa :

Cette interview a été réalisée par Vanina Denizot.