Rencontre avec Margaux Cambier, fondatrice de Filomène Ateliers

Le rêve de Margaux petite fille ? Être styliste. Mais la bonne élève qu’elle est suit sagement les recommandations de ses parents : elle opte pour une école de commerce, bien plus sécurisante. Ce qui ne l’empêche pas, à la fin de ses études, de renouer avec ses premières envies. Elle devient chef de produit pour des maisons de luxe où le produit « est aussi beau à l’intérieur qu’à l’extérieur ». Des expériences « extraordinaires, comme dans un rêve », qui lui donnent tout de même la sensation de travailler dans un monde parallèle, coupé de sa réalité. Elle s’oriente alors vers le prêt-à-porter, travaillant plusieurs années pour le groupe SMCP (Sandro Maje Claude Pierlot) et la marque Sœur avant de quitter Paris pour Lille.

Il est désormais l’heure de se réinventer avec une volonté en guise de ligne de conduite :

« Allier travail et plaisir. »

Pour cela, Margaux souhaite entreprendre oui, mais comment ? Sa propre expérience la met sur la voie : en furetant sur le Net à la recherche de patrons tricot et couture elle se rend compte du temps passé – pour ne pas dire perdu – à repérer les bons modèles, le matériel adéquat… Ainsi naît Filomène Ateliers, des kits complets de tricot, couture et broderie

« avec juste l’essentiel, pour simplifier la vie même des novices. »

L’envie de Margaux ? Se démarquer également en promettant au sein de chaque kit

« de la modernité, des couleurs franches et tendance et des produits made in France. »

Parmi nos chouchous ? Le poncho en point mousse pour enfant, ou encore, la trousse de toilette en gaze de coton et le duo de bavoirs au prénom de l’enfant.

Lancé à l’été 2019 Filomène Ateliers a déjà fait du chemin, notamment grâce à une clientèle fidèle, pas avare en conseils :

« J’ai beaucoup de couturières assidues parmi mes clientes qui sont déjà bien équipées. Ce sont elles qui m’ont donné l’idée de développer les gammes Patrons et Mercerie », précise Margaux. Et d’ajouter : « Filomène Ateliers évolue au fur et à mesure, tout en gardant en tête l’envie de faire une jolie marque. »

Quelle est votre technique de prédilection ?

Le tricot. J’ai appris petite avec ma maman et j’ai repris sérieusement il n’y a pas si longtemps. On parle de tricothérapie et en effet, cela me fait beaucoup de bien, c’est quasi méditatif. En plus, j’apprécie qu’on puisse emporter son ouvrage partout, à toute saison.

Quelle est votre matière de prédilection ?

La gaze de coton, qui se faisait encore peu quand j’ai lancé Filomène Ateliers. Certes, elle bouge un peu pendant la couture. En réalité, elle n’est pas si difficile à travailler et son aspect flottant et vaporeux cache beaucoup les petits défauts. En tricot, j’adore la BB Mérinos de Fonty, une laine très douce, très facile d’entretien.

Où créez-vous ?

Dans mon atelier salon ! J’ai la chance de profiter d’une jolie vue sur la verdure depuis ma fenêtre.

Travaillez-vous seule ?

Oui mais en réalité je me sens très bien entourée. Une modéliste est à mes côtés pour la gradation des tailles des patrons et me donne aussi quelques conseils stylisme. Je suis aussi accompagnée par une photographe très talentueuse. Et puis, j’organise régulièrement ce que j’appelle des réunions de conseils avec ma famille. Mes clientes me font beaucoup de retours et me suggèrent aussi la création de nouveaux produits.

Quelle est votre couleur préférée ?

J’aime beaucoup le vert. Et c’est d’ailleurs une couleur qui plaît beaucoup chez Filomène Ateliers. Elle évoque l’espoir, la nature, l’écologie…

Avez-vous adopté la philosophie du tout faire soi-même ?

Avant je confectionnais énormément de cadeaux de naissance, désormais je manque de temps ! J’offre par contre des kits aux amis qui le souhaitent. A la maison, je cuisine énormément et mes prochains objectifs sont de développer les produits ménagers et la cosmétique.

Quel est votre conseil pour oser créer ?

Oser y croire. Créer est souvent plus facile qu’on ne le croit… Par contre, il faut aussi s’armer de persévérance… et de patience pour le tricot. Il faut toujours garder en tête que les défauts se voient souvent moins qu’on ne le croit ! Et quelle satisfaction et fierté on ressent quand on a terminé sa création !

Comment utilisez-vous le site I MAKE ?

Je trouve que c’est une idée géniale, ambitieuse que celle de rassembler toute l’offre créative sur un même site. Je suis heureuse d’y retrouver de très jolies marques que j’apprécie comme Britney Pompadour mais aussi plein d’idées d’activités créatives en famille. Car pour moi le DIY avec les enfants est très important.

Découvrez l’univers de Filomène Ateliers :

Cette interview a été réalisée par Vanina Denizot.