Rencontre avec Zak, fondateur de « Zak a dit »

Difficile de résumer la personnalité de Zak. A moins de le faire en quelques mots, ceux qu’il a employés en se présentant à l’Urssaf pour créer son entreprise :

« J’aime rigoler, dessiner, tricoter, danser. »

Son interlocuteur le prend au sérieux, l’inscrit en tant qu’enseignant culturel et ainsi lui offre un précieux cadeau : la confiance en soi.

Zak, enhardi, développe alors son blog Zak a dit et ses réseaux sociaux, anime des ateliers partout en France, des tutos pour des marques et aime par-dessus tout intervenir sur des projets artistiques collaboratifs aux côtés d’associations et de mairies ; à l’image de ce gigantesque projet de Yarn Bombing avec des écoliers, à Clichy.

Pour en arriver là, Zak aura emprunté des chemins détournés, débutant par des études d’anglais suivies d’un BTS communication avec lequel il décroche un premier poste dans une mercerie. Lui qui coud depuis l’enfance grâce à une grand-mère couturière, en profite pour se mettre au tricot, à la broderie, au crochet… Une révélation.

« J’ai compris que ce que je voulais, c’était d’être entouré de fils, de matières, de textures, de savoir-faire, de gens. »

Depuis cette première véritable expérience dans le monde de la création, Zak a fait du chemin, suivi notamment par une communauté de 22 000 personnes sur Instagram. Sa nouvelle grande aventure ? Animateur télé sur TFX dans l’émission télé Cleaners, les experts du ménage et à l’étranger, en Angleterre, en tant que membre du jury dans une compétition de loisirs créatifs.

« J’ai découvert que la création aligne le corps et l’esprit. Désormais, ma mission est de transmettre cela, par tous les moyens. »

Découvrez le site de Zak :

Quelle est votre technique de prédilection ?

Que c’est dur de répondre à cette question ! Mais si je dois prendre du temps pour moi pour me relaxer, j’attrape un crayon et une feuille et je dessine.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Tout ce qui est très coloré et qui évoque mes racines, le sud du Maroc et la Mauritanie, tout ce qui a trait à la nature… Pour trouver l’inspiration, j’aime aussi m’entourer de mes gris-gris comme des hirondelles ramenées du Portugal.

Quel est votre artiste favori ?

S’il fallait n’en retenir qu’une, Frida Kahlo. Pour l’audace, la couleur, la force, la créativité… tout !

Où créez-vous ?

Partout, dans ma tête ! J’ai toujours un petit carnet à portée de main pour noter mes idées. Sinon, chez moi où je me suis aménagé un coin atelier.

Quelle est votre couleur préférée ?

Le jaune. Parce qu’il évoque la lumière, le soleil… mais tout simplement parce qu’à chaque fois que je croise du jaune, je souris.

Avez-vous adopté la philosophie du tout faire soi-même ?

Oui, c’est même d’ailleurs ce qui a lancé Zak a dit. C’est à l’époque où j’avais peu de budget pour les vêtements et que j’en avais marre de trouver des bonnets de mauvaise qualité, que j’ai décidé de tricoter mon propre modèle. Faire soi-même permet de répondre à un besoin. Je fabrique également mes produits de cosmétiques et je réalise toute ma déco.

Quel type de cadeaux faites-vous quand vous les réalisez vous-même ?

Depuis que je suis enfant, je fabrique les cadeaux que j’offre à ma famille et à mes amis. J’ai toujours fait avec les moyens du bord, des cartes, des petites broderies, des dessins… L’essentiel, je pense, quand on fait un cadeau home made est qu’il soit personnalisé. Le dernier en date, il s’agissait de corbeilles à fruits crochetées pour encourager une amie qui a une démarche zéro déchet.

Comment utilisez-vous le site I MAKE ?

Je suis vraiment heureux qu’un site comme I MAKE qui regroupe matériel et conseils au même endroit, existe. Et cela nous permet de nous fournir auprès de petites marques et de petits fabricants et d’éviter les géants de l’e-commerce type Amazon.

Suivez Zak :

Cette interview a été réalisée par Vanina Denizot.